Flux RSS

Aucun flux RSS ajouté

Qu’est-ce que le propylène glycol ?

Publié le : 23/01/2018 12:43:16
Catégories : Astuces & Conseils

Qu’est-ce que le propylène glycol ?

Les inconditionnels de la cigarette électronique ont au moins une fois posé la question sur la vraie nature de cet élément chimique qui constitue en grande partie la base des e-liquides. Propylène Glycol et Glycérine végétale , voici tout ce qu’il faut savoir lorsqu’on tente de faire artisanalement son propre liquide ou quand on s’informe sur une fiole vendue en boutique.

Utilisé pour sa nature hydratante, le dosage en marge de PG agit sur la vape comme un hit , une claque dans la gorge qui imite en partie la sensation qu’on éprouve lors de l’inhalation de la fumée des vraies cigarettes. C’est devenu un must de la consommation de vape, que tout le monde doit maîtriser.

Ce qui est étonnant, c’est la limitation de la connaissance de cette substance phare que la plupart des utilisateurs s’amusent à ignorer. Quelle est sa consistance, comment se synthétise-t-il ? Est-il dangereux ? Tant de questions qui ne sont qu’à moitié répondues. Pourtant, cet élément chimique touche une grande partie des besoins de consommation de l’Homme moderne, que ce soit dans la vape ou dans la vie quotidienne. Dans cet article, nous allons nous intéresser plus profondément sur ce produit qui est plutôt effacé par rapport à son importance.

Le propylène glycol, que dit la chimie ?

Sur le papier, le PG est une composition chimique à multiple usage. Dénommé 1,2 diol ou dihydroxypropane ou encore méthyl glycol, il fait partie des compositions chimiques de groupes hydroxyle à forme géminale ou vicinale (c'est-à-dire composition à deux ou plusieurs atomes collés avec une autre similaire). Sa production se base dans un contexte biologique et se concrétise dans des laboratoires aux procédés non pétrochimiques, afin de garder une bonne économie et en coordination avec l’environnement. Le terrain de prédilection du propylène glycol est très vaste puisqu’il est destiné à des opérations industrielles, pharmaceutiques et aussi agroalimentaires.

Comment utilise-t-on du propylène glycol ?

Multitâche, le PG se retrouve presque partout que ce soit dans des conditions domestiques ou professionnelles. C’est ainsi que le PG sert d’excitant moléculaire qui aide la vaporisation des e-liquides que nous employons dans les cigarettes électroniques. Cependant, son utilité ne se limite pas seulement à cette tâche.

L’industrie agroalimentaire utilise abondamment le PG dans la nourriture de tous les jours, il travaille comme émulsifiant et les parfums et les arômes des produits alimentaires dépendent beaucoup de cet élément chimique. Dans les médicaments, il occupe également une place importante en parallèle avec le phénytoïne agissant dans le monde de la pharmacie comme antiépileptique. D’ailleurs, ce rôle chimique le met aussi en position favorable sur les produits de beauté ou cosmétique. Le terrain de jeu du PG est très vaste et couvre encore les industries textiles, ou encore aéronautiques et bien d’autres encore.

Et la santé dans tout ça ?

C’est ici que le PG est mis en examen. Très utilisé dans divers domaines, on se demande parfois comment il agit sur notre santé. Beaucoup de réponses ont été collectées selon son application. Pour ce qui est de sa composition, des études pharmaceutiques ont déclaré que le propylène glycol renferme des particules toxiques non négligeables.

On peut citer notamment le procès verbal de l’INRS ou Institut National de Recherche et de Sécurité, qui résume le PG en substance toxique à paramètre répétitif. Il ne produit aucun effet nocif si on l’utilise en bonnes conditions avec une faible fréquence. Le rapport a été édité suite à des tests faits sur l’organisme de mammifères qui comporte des propriétés physiologiques relatives avec l’être humain.

Le résultat est sans appel, par rapport aux autres éléments dérivés, on ne peut définir le PG comme toxique à risque élevé. Les effets secondaires retrouvés sont d’ordre cutané à voie orale. Cependant, d’autres rapports sont assez dubitatifs sur l’effet à long terme du PG et surtout sur son comportement à travers une utilisation à haute température comme la vaporisation. C’est une déclaration embarrassante pour sa pratique dans le monde des cigarettes électroniques qui se basent vraisemblablement sur cette vaporisation du PG. Avant de s’affoler, le résultat n’indique pas par ailleurs un risque toxique, mais se limite à une alerte qui n’est pas encore officielle. Ceci doit alors faire réfléchir tout un chacun qui veut entrer dans le monde de la vape.

Doit-on acheter du PG n’importe où ?

Rarement distribué en brut, l’achat du propylène glycol doit être opéré avec diligence. Si le produit est surtout vendu en fiole dans le monde de la vape, d’autres substituts peuvent créer le même effet et trompent souvent le vapoteur qui ne s’est pas bien renseigné.

Le danger de l’utilisation d’un PG non certifié est réel dans le cadre de son effet. Ainsi, d’autres molécules sont utilisées dans les marchés noirs du fait de son prix. Entraînant la même réaction, l’acheteur ne se doute de rien et s’embarque vers une utilisation banale du PG alors qu’en réalité les conséquences peuvent être très dangereuses pour la santé. Pour le consommateur de e-liquide, il faut obligatoirement acheter les fioles dans des boutiques spécialisées en vape, évitez autant que possible de vous en procurer auprès des bons marchés et des sites non parrainés. Dans d’autres cas, pour des domaines différents que ce soit pour l’agro alimentaire ou pour des raisons spécifiques, renseignez vous auprès des fournisseurs agréés.

Quelles sont les limites à ne pas dépasser dans l’utilisation du propylène glycol ?

Les rapports des spécialistes sont clairs sur le dosage du PG dans le cadre d’une utilisation personnelle. C’est un produit toxique non nocif à faible dose, qui selon cette affirmation, doit être régulé par rapport à sa consommation. Pour l’ingestion (par voie orale). Le ratio de mélange doit respecter une limite de 1 gramme pouvant aller jusqu'à 3 grammes par kilo. Au-delà de cette limitation, qui a d’ailleurs été légiférée par l’Union européenne, le risque de toxicité peut engendrer des effets indésirables et dangereux pour la santé.

Il faut également mettre le point sur sa vaporisation qui n’est pas très apprécié des chercheurs (encore en stade d’étude), il est recommandé de toujours mélanger le PG avec du VG ( glycérine végétale) même à faible dose afin d’éviter des réactions pulmonaires.

Le PG est toxique, mais est-il cancérigène ?

Pourquoi se mettre à vapoter un produit différent de la cigarette si c’est pour récolter les mêmes risques ? Les substances toxiques renfermées dans le propylène glycol sont très réduites par rapport à celles des vraies cigarettes qui comptent en totalité une moyenne de 4000 agents nocifs. Cette réduction n’affirme cependant pas la neutralité absolue du produit. La bonne nouvelle c’est que malgré cette petite marge d’impureté, les études ont prouvé que le PG n’est pas cancérigène, à n’importe quelle utilisation qu’on puisse l’appliquer.

Les domaines de prédilection du propylène glycol

Si on a énuméré vaguement l’utilisation du PG dans des univers différents, les bienfaits qu’il apporte sont plus profonds quand on prend le temps de le détailler. Si le PG est le principal acteur dans la vape, il n’en est pas moins important dans les autres domaines tels que la cosmétique, les aliments, le textile et l’industriel. Analysons chacun d’eux. On pense à tort lorsqu’on prend le PG comme simple additif dans les produits de tous les jours, n’avez-vous jamais pensé qu’il sauve des vies ? Et oui, c’est un élément à multiples usages qu’on ne peut éradiquer de notre quotidien.

D’abord, dans les aliments, c’est un conservateur qui lutte contre les moisissures et permet de garder frais les produits soumis à de fortes expositions climatiques comme l’humidité ou l’oxydation. Les boîtes de conserve, les produits laitiers, les produits macérés et fermentés sont globalement protégés par le PG. On le reconnaît facilement sur les indications imprimées sur les cartons et boîtes des aliments qu’on achète dans les grandes surfaces, la marque E 490 et E 1520 reflètent par exemple cette présence de propylène glycol qui agit comme conservateur et comme colle protecteur entre micro organismes.

Présente également dans le monde du cosmétique, c’est son caractère émulsif qui est mis en amont. Contrairement à son action pour les aliments (agent dégivreur), il agit comme hydratant, comme dissolvant et aide les molécules à fusionner pour créer un effet excitant. On le reproche dans certains cas de causer des effets secondaires comme des éruptions cutanées ou des démangeaisons, mais cela reste rare et dépend en grande partie de son conditionnement en usine.

La vapeur et la fumée sont les plus demanderesse du propylène glycol. Très utilisé pour sa capacité à former de la vapeur, on peut le retrouver non seulement dans les cigarettes électroniques, mais également dans tous les cadres de vaporisations qui se veulent bénignes ;et sans dangers pour la santé. Vous serez étonné si on vous disait que les jeux de fumées dans les fêtes et les ambiances de boîtes de nuit sont composés en grande partie de PG ! Non seulement il est inoffensif, mais il peut-être marié avec des arômes et des parfums qui ne peuvent qu’améliorer l’expérience des fêtards.

Encore mieux, le propylène glycol est unique et irremplaçable dans le monde de l’industrie aéronautique. Toujours dans cette optique de dégivrage, la matière des avions et des machines conçus pour dépasser la stratosphère (à haute altitude et à très basses températures comme les vaisseaux de la NASA) est quasiment composée avec du PG. Cela empêche le blocage des mécanismes de sas ou le bon fonctionnement des ailes qui, à partir d’une certaine température, forment des givres épais. Vous –y repenserez à deux fois lorsque vous prendrez l’avion la prochaine fois!

PG et textile

Très discret dans ce domaine, le propylène glycol est utilisé dans la formation des tissus comme le polyester. C’est dans cette conception et dans cette synthèse qu’on a recours aux propriétés fusionnelles du PG, qui dans ce cas particulier agit dans l’estérification (processus de fusion qui nécessite les vertus alcooliques du propylène glycol).

Il existe bien d’autres domaines qui requièrent l’utilisation du PG, mais c’est dans ces situations qu’il est le plus appliqué. Son utilité et ses bienfaits ne se limitent pas seulement à ces formes et opèrent bien plus dans des détails comme nos matériels domestiques et professionnels. C’est par rapport à la cigarette électronique que l’on trouve toute la référence du PG.

Le propylène glycol dans les cigarettes électroniques

Avant de se lancer dans l’application du PG dans la solution d’e-liquide, rappelons l’étude des experts sur l’effet à long terme de la vaporisation de celui-ci. Si le résultat reste mitigé sur la réaction à chaud de l’élément chimique, il ne se tait pas sur les substances toxiques qu’il renferme et qui risquent de créer des dommages sanitaires à partir d’une certaine manipulation exagérée. Sur ce, respectez toujours le dosage de PG qui constitue votre liquide, optez pour un bon ratio entre lui et la glycérine végétale (qui doit être présente même à très faible dose).

Le rôle du PG dans l’e-liquide

Agent émulsif et hydratant, le PG constitue la base habituelle des DIY et des e-liquides vendues en boutiques. Contenu dans des petites fioles variant de 10 à 20 ml, il sert de solvant et aide à l’accumulation des molécules des arômes. Généralement, toute base doit contenir un minimum de PG afin de diluer les ingrédients visqueux (surtout la glycérine végétale) ; certains DIY préfèrent d’autres alternatives comme l’éthylène ou l’alcool toutefois, la réaction n’est pas toujours optimisée.

Le métabolisme spécial du propylène fait de lui l’élément de base le plus adapté au liquide de vape. Contrairement à l’éthylène, il ne comporte qu’une faible dose de toxines et se vaporise à très basse température. L’alcool est également un substitut très prisé par les utilisateurs qui recherchent des sensations fortes (liquide brûlé en subohm et à saveur de tabac), il s’émulsifie et brûle facilement, pourtant ne se marie pas très bien avec certains arômes, d’ailleurs, la nicotine réagit très lentement en contact de l’alcool.

La bonne utilisation du propylène glycol dans un e-liquide

Les fioles vendues en boutiques comportent toujours des indications de dosage, par rapport avec l’additif, que ce soit de la glycérine végétale, de l’eau ou de l’alcool. Cette indication signifie qu’il y a plus ou moins de PG dans la solution finale. On retrouve d’habitude les ratios suivants : PG 90 /10 VG, PG 80 /20 VG, PG 70/ 30 VG et PG 60 /40 VG.

L’inverse n’est pas rare, en revanche la majorité des compositions adoptées par les utilisateurs se résume à une plus grande quantité de PG. En tant que substance conciliateur, il contribue en grande partie à la fusion des éléments chimiques et prononce plus le goût et les saveurs aux dépens de la quantité de vape. Si vous appliquez un rapport à cent pour cent PG, la perception sera très aiguë avec une bonne quantité de vapeur néanmoins, toutefois l’esthétique de celle-ci sera moins spectaculaire (vapeur fine et incolore). Il ne doit pas être exploité avec abus et n’est applicable que dans certaines situations, lorsqu’on teste un nouvel arôme ou qu’on ne dispose pas de VG dans son tiroir.

Le propylène Glycol et le hit !

Le hit, c’est la sensation, l’agressivité et la densité de la vapeur que la trachée reçoit lorsqu’on inhale le liquide brûlé par le coil. Cette sensation est plus recherchée par les nouveaux vapoteurs du fait qu’elle soit voisine avec l’effet de la cigarette. Cette contraction de la gorge cause un effet d’entraînement qui fait ressentir un peu mieux la nicotine. Le hit est quand même à maîtriser puisqu’une solution sans viscosité peut se déshydrater facilement avec la brûlure à long terme de la fibre. Si ce genre de composition est employé avec une trop grande fréquence, la mèche pourrait vite rendre l’âme et entraîner des fuites. Dans un autre cas, l’embouchure des vannes de transfert du liquide vers la mèche crée ce qu’on appelle les DRY HIT ou brûlure à vide. Si votre solution est trop liquide(avec beaucoup de PG), la vitesse de consommation sera élevée, enfin vous n’aurez pas le temps de surveiller le débit de la vaporisation, ce qui conduit vers cette chauffe à vide qui dérange fortement votre plaisir.

La meilleure utilisation du propylène glycol pour une vape de rêve.

Le principe est assez simple, le PG joue un rôle d’hydratation tandis que le VG agit en faveur de la viscosité. Pour les amateurs du powervaping et des cloudchasing , ne négligez pas le PG, mettez une dose suffisante pour liquéfier la solution sans encombrer la densification de la vapeur. Les cigarettes électroniques en dripper sont conçues pour ce genre de configuration. Trop de PG affectent la quantité de vape, d’autant plus que l’absence de réservoir mène à une véritable gymnastique de recharge.

En revanche, si la perception des arômes est plus importante à votre goût, mettez plus de VG sans négliger la glycérine végétale. Si la solution est trop liquide, les fuites sont plus probables. Cependant, pour des atomiseurs avec tank, des reflux valent mieux qu’une rechange de coil, pour dire que le mécanisme d’une résistance indépendante est plus fébrile et risque plus les encrassements dus à la viscosité du VG.