Les pays qui interdisent la cigarette électronique

Publié le : 01/04/2019 11:22:45
Catégories : Astuces & Conseils

Les pays qui interdisent la cigarette électronique

Les pays qui interdisent la cigarette électronique !

La cigarette électronique se rencontre partout dans le monde. Produit tendance et divertissant, il semble gagner le cœur de nombreux fumeurs, cependant, il existe des pays qui interdisent son utilisation. Si vous cherchez donc votre prochaine destination de vacances, prêtez attention aux réglementations pour éviter de se le faire confisquer, ou pire, d’écoper d’une amende ou d’une peine de prison pour ignorance !

Plus qu’un simple  appareil de sevrage tabagique, l’e-cig (cigarette électronique) s’est transformé en compagnon de divertissement  qui suit le vapoteur au quotidien. Depuis sa première commercialisation, il a connu une forte sollicitation dans de nombreux pays, pourtant, le petit objet fait aujourd’hui l’objet de grands débats dans la société moderne en termes de santé publique.

Effectivement, la vapoteuse fait partie intégrante des solutions technologiques de lutte contre le tabagisme, cependant elle renferme des caractéristiques discutables au niveau technique et médical …aussi bien que certains gouvernements ont préféré interdire son utilisation.

Après avoir été plébiscitée par les fumeurs (la plupart) comme meilleur remède pour sortir de la dépendance à la nicotine, en plus de gagner le commerce international, la cigarette électronique a retenue l’attention des autorités qui se sont penchées sur son fonctionnement et ses effets.

Actuellement, la France et le Royaume-Uni constituent les pays les plus ouverts en enregistrant le plus grand nombre de vapoteurs du monde depuis 2016. De l’autre côté, les pays comme le Brésil ou encore l’Inde s’opposent fortement à son utilisation pour des raisons sanitaires. En effet, chaque système établit sa réglementation selon leurs études personnelles et jusqu’à lors, aucun rapport officiel mondialement reconnu n’a pu sortir du lot.

 Au final, la cigarette électronique ne passe pas partout. Adulée par certains système, et critiquée par d’autres, sa fonctionnalité ainsi que ses effets sont perçus de façons différentes. Si vous envisagez donc de partir en vacances, en voyage d’affaires ou tout simplement changer d’air, il vaudrait mieux vérifier les réglementations en vigueur  sur le vapotage dans le pays où vous séjournerez pour éviter d’écoper  des amendes ou pire des peines d’emprisonnements. Raison pour laquelle nous avons établi une petite liste des destinations fermées aux cigarettes électroniques que vous devez connaître avant de réserver votre vol !

 Les cadres légaux autour de la censure de  la cigarette électronique.

Derrière les balises et les interdictions se cachent d’innombrables paramètres calculés par les autorités, que ce soit d’ordre politique, commercial ou sanitaire. Comprendre les raisons d’une réglementation comme une autre peut ainsi servir au  vapoteur pour délimiter sa marge de manœuvre. On pourra ainsi catégoriser des pays qui interdisent uniquement sa commercialisation, son importation, son utilisation… ou les trois à la fois.

Lorsqu’un pays décrète l’interdiction de la cigarette électronique, la portée de cette norme est souvent floue, de sorte à mettre le consommateur dans une situation inconfortable. Est-il interdit de le vapoter, de le transporter dans des endroits précis où de le vendre ? Telles sont les questions qui taraudent les vapoteurs !

La partie réglementaire est une question très sensible dans le sens où de simples incompréhensions ont guidés des touristes vers la prison dans quelques pays, aussi, si vous ne voulez pas gouter à cette expérience amère, voici donc la liste des pays où la cigarette électronique est totalement interdite.

L’Inde

Ce grand pays du tabac a choisi l’interdiction complète de la cigarette électronique depuis peu, alors  que certaines agglomérations comme Delhi ou encore Bombay constituaient un marché très prometteur pour l’appareil. Aujourd’hui, la question du vapotage a été fermée pour de bon et toute tentative de sortir la moindre vapeur peut entraîner de lourdes conséquences dans le territoire Indien (Amende, emprisonnement).  

La situation est paradoxale car étant donné les statistiques sur la consommation du tabac dans le territoire, la cigarette électronique peut servir de soutien au programme du gouvernement pour  vaincre la tueuse à partir d’une alternative moins coûteuse et plus performante que les patchs ou encore les thérapies. En 2010, le tabagisme a entraîné le décès de 937 000 Indiens, ce qui rappelle la forte exposition du pays aux dangers du tabac, d’autant plus que les autorités  refusent de solliciter la cigarette électronique pour des raisons de suspicions. D’autre part, les scientifiques locaux affirment que l’e-cig est largement saine par rapport à la cigarette mais continuent d’écarter cette piste comme stratégie à long termes.

Enfin, la réglementation qui interdit la  cigarette électronique en Inde prévoit de lourdes sanctions qui vont d’une simple amende jusqu’à une peine de prison. Aussi, si le Taj Mahal ou l’Himalaya figure dans vos projets futurs, vous pourrez oublier quelques temps votre compagnon vapologique, pour la durée de votre séjour.

Le Brésil

Le pays du foot et des festivals interdit également le vapotage, l’e-cig et toute forme de commercialisation d’appareils liés à la vaporisation de la nicotine dans son territoire. La décision est tombée en 2014 dans une initiative de lutte contre le tabagisme. L’UNICEF a ainsi félicité le gouvernement pour cette réalisation.

Il semble bien que le pays de Ronaldinho ne prend pas de demi-mesure lorsqu’il s’agit d’interdire la cigarette électronique. Impliquée dans les produits du tabac, cette petite machine ne figure même pas dans les alternatives thérapeutiques puisqu’il est considéré comme source de nicotine, et nocif par conséquent.

Lors de votre prochain voyage pour Rio, vous ne pourrez donc  pas profiter de votre vapoteuse pour célébrer les carnavals étant donné que la commercialisation, l’importation ou l’utilisation du matériel est fortement interdite sous peine d’amende et dans une large mesure d’une peine d’emprisonnement.

L’Argentine

En Argentine, la cigarette électronique avait été encensée par les bureaux de tabac à partir de 2009, lorsque les premiers commerçants atteignent le pays Albi céleste. Présenté comme un produit révolutionnaire et prometteur, le marché de l’e-cig en Argentine dépasse ainsi l’entendement durant une année mais pas plus.

Effectivement, à force d’analyser le comportement des vapoteurs ainsi que le fonctionnement général de l’appareil, les autorités locales se sont concentrées sur ses effets considérés néfastes… débouchant finalement vers une décision d’interdiction en 2010

Les scientifiques du pays du « cigarillo » déclarent alors qu’il s’agit « d’un produit de remplacement de la nicotine, qui présente également des risques pour la santé »…. Une conclusion qui n’a pas manqué d’affecter les responsables de la santé publique et gouvernementaux.

Les premières mesures s’appliquent à l’Administration douanière, qui interdira l’accès aux produits e-cigs pour finir en interdiction totale de vapoter, de commercialiser l’appareil. Malgré un départ en trombe, la cigarette électronique en Argentine ne restera donc qu’un bon souvenir ! Si vous envisagez donc rallier cette destination, sachez que la réglementation prévoit une sanction lourde pour usage de la cigarette électronique, d’ailleurs la politique d’interdiction pourrait mener les douaniers à confisquer votre appareil dès l’aéroport !

Le Mexique

En interdisant la cigarette électronique dans son territoire, le Mexique se veut proactif et cherche à approfondir ses analyses avant de reconsidérer l’appareil. Ainsi, il est formellement interdit de vapoter, de commercialiser et d’importer les cigarettes électroniques dans cette région du globe…encore une mauvaise nouvelle pour les habitués du nuage !

Bien qu’il ne soit pas contre l’idée d’un revirement sur l’exploitation de cette technologie, le gouvernement mexicain veut d’abord prendre du recul et laisse la science décider du sort de la cigarette électronique.

Dans une déclaration ouverte et sèche, José Narro Robles, politicien et chercheur universitaire et également secrétaire à la santé mexicaine avait clairement expliqué sa position sur la question. En juin 2018, il annonce : « le Mexique en tant que pays démocratique reste ouvert aux débats mais n’approuvera jamais la promotion et la commercialisation d’une alternative supposée moins nocive comme la cigarette électronique conçue par l’industrie du tabac. La raison est simple, l’e-cig est très addictive et mortelle ».

Pour résumer ce message on ne peut plus clair, il est formellement interdit de promouvoir la cigarette électronique (achat, vente, publicité, importation, utilisation) au Mexique sous peine d’amende et de peines d’emprisonnement. Faites donc une croix sur votre vapoteuse le temps de bronzer sur les plages mexicaines. Comme le secrétaire à la santé l’a si bien expliqué : il n’est pas question de prioriser une alternative moins meurtrière…. Au final, le Mexique reste ouvert aux discussions mais en ce qui concerne la cigarette électronique dans son état actuel, il n’accorde aucune  pitié pour la vape et pas de pitié pour les vapoteurs également !

Les Emirats Arabes Unis

Ouverts à la technologie et aux pensées démocratiques, les Emirats Arabes Unis ont adopté de nombreux concepts occidentaux que ce soit sur le plan social, politique ou commercial. Cependant, la tendance de la cigarette électronique n’a pu s’imposer dans ce territoire richissime suite à une décision des autorités responsable de la santé publique.

Aux EAU, il n’est pas question de laisser un touriste sortir son vaporisateur personnel et si vous aspirez à outrepasser cette réglementation par un petit tour de passe-passe, sachez que le contrôle survient dès le débarquement à l’aéroport ! Interdit sur le sol des Emirats, aucune cigarette électronique ne peut être commercialisée, importée ou utilisée sous peine d’amendes sévères et  d’emprisonnements.

La raison de cette censure, commune à toutes les contrées suspicieuses de la vape, est centrée sur sa capacité à procurer de la nicotine. L’addiction est donc au cœur du débat et pour les Emirats, cette raison est suffisante pour bloquer l’accès à l’appareil quels que soient les conditions. Pour aller plus loin, le gouvernement voit dans l’e-cig un matériel beaucoup plus néfaste que la cigarette, aussi, franchir cette restriction s’avère risquée pour les casse-cous, d’autant plus que les amendes prévues dans une nation aussi riche peuvent culminer à plusieurs milliers d’euros!

La Thaïlande

Le pays du sourire a officiellement interdit la cigarette électronique dans son territoire depuis plus de 5 ans. En 2017, les Autorités liées au tourisme du pays ont décidé d’appuyer les mesures de restrictions via des sanctions sévères afin de dissuader les visiteurs d’embarquer leurs vaporisateurs personnels dans leurs bagages.

Effectivement, le message très sympathique des autorités se lit comme suit « Profitez de vos vacances en Thaïlande, mais laissez les e-cigs à la maison. Elles sont illégales ici ». Derrière cette courtoisie se cache des peines d’emprisonnement, suivi d’amendes lourdes, aussi il vaudrait mieux se contenter du paysage pour profiter pleinement de son séjour en Thaïlande. Rappelons  que cette fameuse loi existe depuis 2014 et qu’un touriste Suisse aventureux a payé les frais de son ignorance par une peine d’emprisonnement de 6 jours.

Comme la plupart des pays réticents à la cigarette électronique, la Thaïlande applique une politique de préservation de la santé publique des risques du tabagisme. Dans l’e-cig, son gouvernement perçoit un appareil capable d’inciter les jeunes à intégrer cette sphère. D’autre part, les études liées aux cigarettes électroniques manquent cruellement de profondeur pour réussir à convaincre les Etats les plus méticuleux  sur le tabac.

La Turquie

En Turquie, la législation interdit formellement la vente et la promotion de la cigarette électronique. Ni l’importation, ni la consommation n’est autorisée et contrairement à certains pays qui se contentent de mentionner la réglementation, les autorités turques s’investissent profondément dans la chasse aux vapoteurs ! Vous êtes prévenus !

Dénicher les vapoteurs clandestins de leur tanière est un exercice courant en Turquie. En septembre 2017, de nombreuses descentes et des fouilles inopinées ont été effectuées par les autorités débouchant sur l’arrestation de plusieurs individus accusés d’avoir organisé une séance de vapotage pour la promotion de la cigarette électronique dans un restaurant.

D’après ces faits, il est fortement déconseillé de tenter le diable en tenant tête à la réglementation locale. Le gouvernement et les autorités ont fait de cette mission une priorité et les contrôles sont fréquents. A moins de vouloir défier des poings turcs, il ne faudrait pas jouer à cache-cache dans  ce territoire, la suite peut rapidement finir dans les journaux télévisés !

Taiwan

Le Taiwan a une approche plus ou moins souple de la cigarette électronique. En général, il est interdit d’utiliser cet appareil d’après la législation locale cependant une dérogation est faite par le ministère de la santé dans le cadre d’un usage thérapeutique !

En résumé, si la vape est inscrite dans un processus de traitement médical (utilisé comme un médicament), approuvé par les institutions sanitaires du pays, il sera autorisé. Cependant la procédure qui en découle est loin d’être une partie de plaisir, et finalement si on ne veut pas perdre son temps à fournir de faux dossiers pour pouvoir vapoter, pourquoi ne pas respecter la réglementation ?

Comme les autres pays, le Taiwan est soucieux de la propagation de la cigarette électronique dans son territoire. Bien posée sur ses bases en termes de lutte contre le tabagisme, la nation entière converge vers cette solution, d’autant plus qu’on ne rencontre pas beaucoup de doléances sur la question, étant donné que cette technologie n’attire pas un monde fou en Taiwan. Dans le cadre d’un voyage ou de vacances, oubliez donc votre compagnon vapologique…car les réglementations sont toujours suivies de sanctions, et en terrain inconnu, il ne faut pas jouer les gros mulets !

Egypte

Le ministre de la santé égyptien a scellé le dossier cigarette électronique depuis peu. Aujourd’hui, vapoter, vendre, importer des e-cigs est formellement interdit dans ses murs, et ceux qui en disposent pour usage personnel peuvent s’exposer à des confiscations.

La raison à cette interdiction totale repose sur une politique de protection des citoyens égyptiens. Comme les autorités l’expliquent, la mesure est prise par précaution, pour ne pas s’exposer à d’hypothétiques  effets secondaires à long terme, bien que les études portant sur ses effets à court terme affichent une faible toxicité.

Cette mesure reste préventive mais suite à la décision du gouvernement, toute possession de cigarette électronique est passible d’une amende qui peut passer aux peines d’emprisonnement. En 2011, un avis sur l’interdiction de la commercialisation était avancée par les analystes, aujourd’hui, il est effectif sur tout le territoire égyptien.

Si vous envisagez de visiter prochainement ce pays qui regorge d’histoire et de vestiges, laissez votre cigarette électronique chez vous car les autorités locales semblent bien déterminées à protéger leur cadre réglementaire.

Jordanie

La cigarette électronique entre dans les plans de la Jordanie sur l’interdiction des narguilés. Votée en 2008, cette loi introduit une prohibition de la cigarette, de la chica et d’autres produits nicotiniques. Par extension, la cigarette électronique n’est donc pas disponible dans les rayons commerciaux et il est également interdit de l’importer.

Ceci étant, l’application des textes sur les narguilés et la cigarette électronique n’est pas effective, d’ailleurs des fonctionnaires comme des jeunes  ont facilement accès à ces produits. Mais pour un touriste, un règlement est un règlement et à moins de chercher les ennuis (des peines de prisons allant de 6 à un an) il vaudrait mieux se contenter du vent frais de l’orient.

L’Ile Maurice

Le cas mauricien est atypique dans le sens où son importation est interdite, alors qu’on peut facilement en dénicher dans le marché habituel. L’historique de l’interdiction remonte pourtant en 2008 suite à un amendement du comité technique au sein du ministère de la santé, qui indique que la commercialisation, dont la vente en ligne, des cigarettes électroniques  sont interdites.

Ce n’est qu’en 2018 que le gouvernement réitère cet amendement, suite aux incitations de l’OMS, qui est contre cette technologie. Aujourd’hui, cette loi est donc effective, et pour passer des vacances à l’Ile Maurice, la meilleure précaution à prendre reste le respect de la réglementation. Par ailleurs, les Mauriciens sont de grands vapoteurs, aussi, renforcez vos connaissances sur le terrain avant de vous aventurer en dehors de la législation, qui rappelons –le, prévoit une simple confiscation jusqu’à une amende sévère

 

Les interdictions partielles

La première liste que nous vous avons évoqué présente donc les pays où aucune négociation ni interprétation légale ne peut être admise. Une fois atterri, il faudra oublier tout ce qui concerne le vapotage sous peine de passer son séjour en prison !

Par ailleurs, il existe des destinations où la cigarette électronique est partiellement interdite. Comment cela se présente-il ? Eh bien ce sont des Etats dont la réglementation ne couvre pas sur t la totalité du territoire, ou bien concerne uniquement des paramètres du produits sans pour autant le censurer dans sa totalité.

La Nouvelle Zélande

Difficile de faire abstraction sur la cigarette électronique en Nouvelle Zélande. Pour ne pas limiter les ouvertures aux expérimentations de la population, le pays a autorisé la cigarette électronique mais partiellement. Dans les boutiques, vous pouvez donc l’acheter sans tabou ni restriction et il est également possible de l’utiliser quotidiennement.

Cependant, la cigarette électronique ne doit pas dépasser le stade du divertissement, aussi la législation astreint les vapoteurs à une utilisation sans nicotine. Si vous aspirez à vapoter en Nouvelle Zélande, sachez donc que c’est légal, mais à partir du moment où la cigarette électronique incorpore de la nicotine, cela engendrera des sanctions financières.

L’Australie

Pour le cas Australien, il s’agit d’une interdiction sectorielle. Les Etats du Queensland, Victoria, Tasmanie et la Nouvelle Galle du Sud n’adhèrent pas au vapotage aussi, toute utilisation d’une cigarette électronique dans ces territoires sont passibles d’amendes jusqu’à 550 dollars.

Dans les autres Etats, la commercialisation, l’utilisation, et l’importation sont autorisées. Attention, posséder une vapoteuse est légale dans l’ensemble du territoire australien, aussi ces interdictions portent uniquement sur son utilisation.

Le Panama

La législation panaméenne prête à confusion pour les visiteurs. En termes de vapotage, le pays veut appliquer une politique de censure qui consiste à restreindre la propagation du produit sans pour autant interdire son utilisation.

A partir de cette donne, sachez donc que le Panama interdit l’importation et la commercialisation des cigarettes électroniques, ceci étant, on pourra utiliser un appareil personnel mais là encore la loi  est floue. Pour éviter toute mésaventure lors de votre séjour, il faudrait trouver les explications sur place, du temps qu’on ne peut pas vous interdire de l’emmener avec vous.

 

 

 

Produits associés