Bien choisir son Pod

Publié le : 01/02/2019 04:51:30
Catégories : Astuces & Conseils

Bien choisir son Pod

Les cigarettes électroniques ont un univers particulier qui abrite de nombreux facteurs que ce soit en termes de technicités, de divertissements, de technologie ou encore de tendances. Au fur et à mesure de son évolution, l’e-cig destinée à libérer le fumeur de son addiction s’est fabriqué un écosystème marketing très développé pour finalement effleurer toutes les gammes de produits possibles selon les types de vapoteurs.

On retrouve actuellement une bonne multitude de catégories en passant par trois (voire quatre) générations d’e-cig destinées à des fins différentes, pour ne citer que les mods électroniques, les mods mécaniques, les drippers, les starters kits, et aussi les pods !

Les pods sont représentatifs des e-cigs les plus compacts qui soient, ils se mesurent à moins de 10 cm tout compris (clearomiseur, drip tip, réservoir, et accu). Au cours de l’année 2018, ils sont revenus en force sur le marché, car comme tout objet de tendance, les appareils portatifs de petite taille font toujours sensation. D’autre part, les pods ont un avantage certain sur les autres catégories de e-liquides par leurs ergonomies. Effectivement, avant toute considération esthétique, l’objet principal de la cigarette électronique repose sur une mission principale, à savoir l’octroi d’une dose de nicotine et d’une sensation vapoligique destinée à renflouer le besoin d’un fumeur. S’acharner sur un gros matériel n’est jamais une partie de plaisir, d’autant plus que les pods sont simples d’utilisation, car il suffit d’appuyer sur un bouton unique (parfois même à partir d’une simple inhalation) pour que la magie s’opère.

Vous l’aurez compris, les pods sont donc de petits e-cigs discrets et pratiques qui fournissent une dose de vape intermédiaire (comparé aux kits pros pour les cloud chasing) sans grandes ambitions, mais servent de roues de secours pour les vapoteurs simplistes. A cet effet, il ne faut pas s’attendre à grand-chose coté rendu (nous en reparlerons plus bas) et sensation, mais au final, chaque catégorie à ses atouts et ses inconvénients. Dans cet article, nous dédierons ainsi une présentation complète des pods suivis d’un survol sur leurs caractéristiques et les meilleurs modèles, afin de vous fournir une petite notion pour vos choix futurs, suivez donc le guide !

Qu’est-ce qu’un pod ?

Le pod est caractérisé par une forme miniature, il est dessiné d’une toute autre façon que ce qu’on voit habituellement. Loin de la cigarette électronique conçue à la base d’une cigarette, ou encore d’un e-cig pro, le pod n’a aucune forme particulière, et peut très bien se distinguer des autres catégories selon le bon vouloir de leur constructeur.

Les caractéristiques essentielles qu’il faut retenir lorsqu’on parle de pods concernent donc les cartouches qui font office de réservoir et de résistance, la coque qui renferme un accu non interchangeable et la présence d’un bouton de déclenchement (sur certains modèles). En outre, les pods n’ont rien à voir aux autres e-cigs.

Ces caractéristiques définissent tous les pods, mais en tant que catégories marketing, les marques s’amusent bien à les configurer avec d’autres paramètres pour se faire remarquer. Aussi, On peut très bien retrouver des pods avec des écrans de réglages ou encore des pods de plus grandes tailles que les autres, mais au final, leur fabrication répond à un besoin ergonomique qu’est la praticité. Tout pod se doit donc d’être pratique. Il existe certainement des modèles plus proches des kits starters ou compacts mais en général, leurs utilisations se ressemble tous sur le côté pratique.

Les éléments caractéristiques d’un Pod

Que l’on ne se méprenne pas, les pods sont des cigarettes électroniques, et en tant que tels, ils doivent remplir des conditions spécifiques à la vape comme tout autre catégorie à savoir : fournir une vape contenant des arômes et de la nicotine (pas forcément) suivi d’une sensation de hit dans la gorge (petite ou pas). Le reste (configurations) repose sur la politique marketing et technique du constructeur.

Dans un contexte général, on retrouve différents types de pods de formes carrés, ronds, en prisme, en tige etc… leurs traits caractéristiques sont l’accu intégré, suivi d’une connectique usb de charge par conséquent, la cartouche all in one (qui retient à la fois le liquide et la résistance) et un bouton déclencheur. Voyons un à un ces différents composants.

La batterie

Une cigarette électronique arbore toujours un système électronique poussée par l’énergie d’une batterie ou d’un accu. La différence avec les pods, c’est son emplacement. Effectivement, les accus des pods sont intégrés, c’est-à-dire enfermés dans la coque, aussi il ne sera pas possible de les changer. Cette caractéristique constitue un des points faibles des pods car leurs petites tailles ne permettent pas d’héberger de grands accus capacitifs. Généralement, les accus de pods ont une valeur de 350 mAh à 900 mAh, au-delà, la taille commencera à devenir problématique et impactera sur l’ergonomie du matériel.

Le facteur énergétique est ainsi primordial car plus la batterie est puissante, plus vous aurez du temps pour vapoter, dans le cas contraire, il faudra prévoir un système de charge, et c’est le problème de cette catégorie de e-cig. Effectivement, si l’appareil est destiné à fournir une vape rapide et sans encombrement, il pèche sur le côté autonomie puisqu’il est rare de profiter d’un pod jusqu’en fin de soirée si on le sollicite fréquemment.

Par ailleurs, le système de recharge est également important car à défaut d’accu intégré, il faudrait prévoir une charge rapide. Faites donc attention de choisir un système de charge (USB) supérieur à 1mAh pour ne pas dépasser l’heure de recharge. Parallèlement, il existe des pods qui renferment le système passthrough, soit la capacité de recharger l’accu tout en utilisant l’appareil !

Vous vous demandez donc si le pod en vaut quand même le coup ? Eh bien oui, puisque ce petit appareil est capable de fournir une vape satisfaisante lorsque le besoin se fait sentir tout en restant discret. En général, les gros matériels offrent des sensations différentes, pour les gros vapoteurs, mais lorsqu’il s’agit de passer du bon temps ou de se débarrasser de l’appel de la nicotine, le pod fait très bien son travail. La solution la plus efficace sera donc de choisir celui qui a la plus grande capacité en mAh, celui qui se recharge vite et enfin celui qui dispose d’un système passthrough. Autrement, il existe d’autres manières de se détourner de cette problématique via les chargeurs portables, que vous pouvez emmener avec vous dans votre poche ou dans votre sac ! Eh oui, la technologie prévoit tout de nos jours !

Le déclencheur

Dans l’optique de la simplicité, le pod est conçu pour fournir de la vape directement. Contrairement aux mods électroniques, ou aux mods méca, la plupart des pods ne disposent que du bouton feu. Lorsque le vapoteur sollicite la vapeur, il suffira d’appuyer sur ce bouton unique, qui n’a d’autres fonctions que le démarrage et le déclenchement. Généralement, le démarrage s’opère après 5 appuis successifs et un témoin de charge par diode lumineux fait office de signal (également utilisé comme témoin de charge).

Mais ce système n’est pas partagé par tous les pods, car il existe des séries qui proposent un déclenchement par inhalation. Aussi, un mécanisme par compression ou par le biais d’un système électronique détecte l’inhalation et chauffe automatiquement la résistance. Le problème avec ce genre de déclencheur se base sur la latence du déclencheur. Effectivement, certains modèles mettent trop de temps avant de lancer la vape, et au final, l’utilisateur aspirera beaucoup d’air avant de recevoir sa dose de vape.

Aussi, lorsqu’on choisit les pods, il faut vérifier les paramètres de déclenchement et le temps de réponse du matériel sur les spécifications techniques. Au-delà de la théorie, il serait même judicieux de consulter des tests ou des forums car le décalage entre la réalité et la valeur annoncée est souvent trompeur sur ce genre d’appareil.

Les cartouches

Comme annoncées en amont, les cartouches sont spécifiques des mods. Dans un souci d’économie d’espace, les constructeurs de pods se sont mis à repenser le système de tank, de résistance et de drip-tip et les ont combinés dans un même et unique élément, qu’est la cartouche.

Les cartouches, également appelées recharges sont présentées sous deux formes. Il y a celles qui peuvent être remplies manuellement et celles qui sont voués à un remplacement exclusif. Effectivement, dans un souci d’ergonomie, les constructeurs poussent loin jusqu’à proposer une cartouche complète accompagnée d’un réservoir déjà rempli à l’avance. L’avantage de ce système repose système repose toujours sur la praticité. Imaginez donc un e-cig qui ne requiert aucun entretien ! Au moment où vous avez besoin d’une bonne dose de vape et que votre réservoir commence à flancher, il suffira de prendre une de rechange et de l’installer directement. Plus besoin de manipuler la fiole et d’apprivoiser les trous de remplissage.

Pratique ? oui, mais les cartouches non rechargeables ont aussi leurs défauts. Pour commencer, il s’agit de composants complets préfabriqués (montés et remplis d’avance). Dans cette perspective, le cout de fabrication est plutôt élevé et il faudra débourser plus que d’habitude pour savourer ce luxe. Ensuite, il n’est pas certain que vous puissiez trouver une cartouche de rechange à tous les coins de rue. La rareté de ce produit constitue donc un frein, à défaut d’en commander une dizaine chaque mois. Enfin, les cartouches scellées n’offrent pas de variétés suffisantes pour expérimenter toutes les sortes de vapes. Ceux qui aiment interchanger les saveurs ne pourront certainement pas tester de larges variétés de saveur.

Pourtant, les constructeurs ont bien consulté la société de consommation avant de proposer ce genre de produit, et si on les retrouve sur le marché, c’est parce qu’ils allègent les besoins de quelques clients. En partant de l’idée générale transportée par la cigarette électronique, qui consiste à fournir une alternative à la nicotine, une cartouche scellée est toujours plus abordable qu’un investissement de paquets de cigarettes, et c’est prouvé !

D’autres parts, les cartouches à réservoir remplissables ne sont pas aussi encombrantes et la conception d’un pod est toujours fine quel que soit son modèle. Habituellement, nous rencontrons un système de bouchon en silicone qu’il suffit d’ôter, ou encore un système de glissement et il est également possible de rencontrer des cartouches qui se remplissent par le bas. L’essentiel sera de choisir un bon rapport qualité prix suivi d’une capacité convenable (2ml minimum)

Que peut-on attendre d’un Pod ?

Ces principales caractéristiques définissent donc un pod, mais nous rappelons que cette catégorie est également diversifiée en matière de forme, de puissance, de rendu et d’ergonomie. Les critères additionnels (si ce ne sont les plus importants) suivants vous permettront donc de mieux analyser votre prochain pod et de choisir le modèle qui vous convient le plus.

La présentation, l’esthétique et l’ergonomie

Objet de mode certain, le pod est revenu dans la tendance au début de l’année 2018. Les constructeurs comme les consommateurs ont de nouveau plébiscité ces petits gadgets après une période d’euphorie sur les grosses bêtes de courses comme les mods électroniques. Aujourd’hui, la vape reprend un peu plus ses droits avec une utilisation simpliste et efficace. Rien ne vaut donc l’aise et la facilité de récolter une bonne vape lorsque besoin se fait sentir.

Actuellement, les modèles et les genres fleurissent sur le marché, et comme petit objet d’accompagnement, les pods sont présentés sous des formes triviales, au final, il sera difficile de choisir parmi une centaine de modèles, voire plus.

Cependant, il faut redescendre sur terre et analyser les véritables raisons d’êtres d’un pod. Sous un angle pratique, le pod doit respecter la forme la plus ergonomique qui soit. Tout d’abord, il doit tenir entre les mains de façon à pouvoir le manipuler facilement sans à priori. Rappelons que les pods n’ont pas de formes précises et qu’il en va de l’inspiration des fabricants. Aussi, tous les appareils ne répondent pas aux critères personnels, à cet effet, un matériel de 9 à 10 cm ne conviendrait pas pour des petites mains ou des mains de femmes et le ridicule serait à son comble si le pod a la même taille qu’un mod électro intermédiaire !

Vous devez donc choisir intelligemment votre type de pod selon la forme la plus ergonomique pour votre main, scrutez profondément la gestuelle (positionnement du déclencheur), l’accessibilité des mécanismes de recharges et de remplissage et dans une moindre mesure les témoins de charges. Dans un second temps, l’esthétique joue un grand rôle pour ce type d’appareil. Plus les objets sont petits, plus ils attirent l’attention, veillez donc à choisir une forme pas trop extravagante ni une couleur trop bizarre, au risque de s’en lasser rapidement. Les goûts et les couleurs ne se débattent peut être pas, mais lorsqu’il s’agit d’un produit qui est voué à une utilisation quotidienne, il faudrait mieux assumer son choix !

Les caractéristiques techniques

Si le pod est destiné à une utilisation simpliste, cela ne veut pas dire que son rendu est forcément fade ou inconsistant. Au contraire, la cigarette électronique se réserve une mission principale, qui au-delà de l’apport en nicotine, doit introduire le fumeur ou le nouveau vapoteur dans l’ambiance de la vape.

Aussi, les critères de bases se fondent sur les propriétés techniques comme pour n’importe quel autre e-cig. Nous avions déjà survolé les principales notions à connaître sur la batterie au niveau de son autonomie. Mais concernant son affectation au système de chauffe, c’est autre chose. Effectivement, l’accu peut détenir un potentiel suffisant mais sa puissance doit être synergique à la demande du vapoteur. Ainsi, les pods ne se valent pas tous au niveau de la chauffe car certains sont plus dociles et d’autres plus agressifs. Choisissez donc un modèle qui saura répondre à votre type de vape.

Parallèlement, la résistance travaille avec l’accu pour fournir ce rendu spécifique. Plus la valeur d’une résistance est basse, plus le matériel est capable d’offrir une vape dense et puissante (plus de sensations). Dans le cas contraire (à haute résistivité) le rendu sera souple et doux. Pour les vapoteurs fumeurs, la nicotine est un critère primordial et sans la puissance, elle ne peut être exploitée correctement (pas de hit). Bien évidemment, les pods ne sont pas prévus pour des sensations virevoltantes ou explorer des saveurs profondes, pourtant il est toujours possible d’y retrouver de belles expériences.

Avec la technologie d’aujourd’hui, les constructeurs s’essayent aux pods réglementés avec des écrans de réglages et des résistances interchangeables. Certains produits tentent ainsi de rompre le pont entre le pod et les mods électronique en incorporant de petits chipsets capables d’augmenter ou de réduire la puissance et la tension. Mais au final, il conviendra de choisir entre ces petites configurations et l’autonomie de la batterie, car plus on touche au chipset, plus la consommation varie. Inutile donc de rappeler qu’il n’y a pas de raison de choisir un pod si c’est pour sacrifier l’ergonomie !

Le rendu

Pour finir, il est important de bien choisir son type de pod selon son rendu. L’objectif étant d’offrir une vapeur décente et endurante, le choix des matières responsables est primordial. Renseignez-vous donc sur les types de mèches et les types de montages des résistances afin de découvrir les arômes et les e-liquides qui peuvent se marier avec. Les pods ne sont pas tous équipés des mêmes matériaux et du même matériel, aussi l’analyse comportementale du clearomiseur (de la partie chauffante) revient à choisir son type de vape.

Quelques exemples de pods qui combinent ergonomie et efficacité

Désormais, vous êtes capable de déterminer les éléments clés pour choisir votre futur pod. Par ailleurs, voici quelques modèles phares du marché actuel qui combine ces valeurs afin de vous guider dans vos futurs choix.

Le Kit Exceed Edge de chez Joyetech

La marque Joyetech représente à elle seule tout un univers de vapes. Ses produits fins et qualitatifs lui procurent une notoriété certaine dans le secteur de la vape. Partant des kits pros, jusqu’aux kits starters, Joyetech connait très bien les besoins de la clientèle et dans la catégorie pod, elle a sorti un véritable bijou nommé Exceed Edge, sorti en 2018.

L’Exceed Edge est à la fois petite et endurante. Il dispose d’un système dit « ouvert » car ses résistances sont remplaçables, ce qui permettra au vapoteur de varier la chauffe selon le type de liquide. Sa batterie est puissante avec 650 mAh pour exploiter le liquide contenu dans le réservoir de 2 ml. Sa robustesse ne fait pas débat vu l’alliage en métal qui lui sert de coque. C’est en principe un des meilleurs pod de l’année, son seul défaut sera le système de résistance pas très pratique pour les débutants.

Le Kit Breeze 2 d’Aspire

La première volée d’Aspire a été un franc succès pour les amateurs de pods. Petite, puissante et très technique, la Breeze 2 est en quelque sorte une amélioration de la précédente version. Pour résumer ce kit, on y retrouve une batterie de 1000 mAh, qui fera le bonheur du vapoteur durant une journée entière, des résistances remplaçables (la nouvelle tendance notamment), un réservoir de 2ml rechargeable, un airflow réglable.

Le Kit iCard d’Eleaf


Pas très connu pour les petits kits, Eleaf a frappé fort avec ce kit iCard et prouve une fois de plus son professionnalisme en termes de produits de vape. Ce petit objet à peine reconnaissable ressort de l’ordinaire avec son réservoir fixe et son design trompe l’oeil. Toutefois, il renferme tous les paramètres d’un bon pod moderne avec sa batterie de 650 mAh, son système ouvert, sa capacité de 2 ml et sa recharge rapide. Quasi-parfaite pour les amateurs de vapes discrètes, c’est un véritable chef d’oeuvre mais pèche toutefois avec son réservoir fixe.

Le Kit Nexus AIO de Vaporesso

Pour finir cette petite liste non exhaustive, nous vous présentons un pod raffiné signé Vaporesso. Il s’agit d’un appareil compact qui se situe entre le kit starter et le mod électro. Le Nexus renferme un panel de technologie extraordinaire. Il dispose notamment d’un petit chipset qui permet de modifier la puissance et la température (mod TC), par ailleurs son activation est automatique pour une meilleure familiarisation. Enfin, le Nexus propose un accu de 650 mAh, un réservoir intégré de 2ml, un airflow réglable, et enfin des résistances remplaçables. En résumé, c’est quasiment une nouvelle génération de pod axée vers la polyvalence, quoique ces diversités techniques peuvent impacter la consommation énergétique.