Créer soi-même sa résistance pour cigarette électronique


Une fois plongé dans l’expérience de la cigarette électronique, vous vous rendez compte que non seulement la vape délivre d’autres addictions, mais procure également du plaisir.

Quand celle-ci devient alors une activité régulière, le vapoteur se rend compte qu’il doit changer de résistance tous les deux à trois semaines. Une idée peut alors vous venir en tête : est-ce que vous pouvez créer votre propre résistance pour cigarette électronique ? La réponse est oui, en suivant ces quelques instructions.

-

Le matériel nécessaire pour réaliser le coil

D’abord, le premier outil dont vous devez disposer est un fil résistif. Il peut être du Ni80 ou bien du SS316L ou même du Kanthal. Ensuite, vous aurez besoin de coton, d’un gabarit pour effectuer les spires, d’une clef Allen ou bien d’un tournevis, d’une pince coupante, d’une pince en céramique et enfin d’un ohmmètre ou une box électronique pour jauger la valeur du coil.

Une fois ces matériels à votre disposition, posez le tout sur un plan de travail propre et pratique pour vous faciliter la tâche à suivre.

-

La préparation de la résistance

La première étape est la coupe du fil. N’hésitez pas à utiliser une longueur assez importante pour simplifier votre travail. Cette recommandation générale est à prendre en compte pour tout débutant qui veut créer sa propre résistance.

La seconde étape est de se saisir du gabarit et d’entourer le fil tout autour de façon régulière pour réaliser les spires. Cette action nécessite de la force et de la fermeté pendant le tirage du fil afin de s’assurer qu’il affleure bien le gabarit.

De cette façon, la résistance sera uniforme. Cette étape semble assez simple, mais ne vous inquiétez pas si vous n’y arrivez pas du premier coup. L’opération étant en fait complexe, recommencez jusqu’à ce que vous atteignez un résultat satisfaisant. Par ailleurs, la quantité de fil a un impact sur la valeur du coil : plus le gabarit est gros, plus les spires sont nombreuses et plus la valeur du coil est élevée.

-

La fixation du coil

Dès que le coil est terminé, la prochaine étape est son installation sur le plateau de montage. Pour ce faire, vous devez intégrer les pattes dans les plots et serrer ensuite les fixations avec un tournevis ou une clef Allen. Toutefois, ne mettez pas trop de zèle dans le serrage : le fil est assez fragile et il faut veiller à ne pas le sectionner.

Après, si le coil ne se révèle pas très uniforme, employez le gabarit pour le placer correctement.

Passée l’installation du coil, il est temps de couper l’excédent de fil au ras des plots avec une pince coupante. La coupe doit être précise et juste, car un fil qui dépasse peut entraîner un court-circuit en touchant la cloche d’atomisation. L’opération sera peut-être difficile, mais vous pouvez y parvenir avec de la persévérance.

-

La stabilisation du coil

Certes l’installation du coil terminée, passer à la prochaine procédure qui est la stabilisation. Il s’agit d’une étape fondamentale dans la réalisation de la résistance, car celle-ci garantit l’homogénéité de la chauffe du coil.

C’est ici que l’ohmmètre ou la box électronique entre en jeu. Il est indispensable de bien stabiliser et sécuriser le mod mécanique pour éviter un court-circuit.

Vous pouvez maintenant chauffer le coil jusqu’à ce qu’il rougisse de manière uniforme. Si ce n’est pas le cas, vous pouvez vous servir d’une pince céramique pour resserrer les spires. Mais vous pouvez aussi gratter le dessus du coil jusqu’à obtention de l’effet escompté.

-

La dernière étape : la pose du coton

Quand vous êtes satisfait de la stabilisation du coil ainsi que de l’uniformité de sa chauffe, la dernière étape est la mise en place du coton.

Il n’est pas trop évident de savoir si la quantité de coton à prendre est suffisante ou non. Quelques signes peuvent néanmoins vous indiquer que vous êtes dans le droit chemin : le coton doit coulisser dans le coil tout en montrant une certaine résistance.

S’il remue un peu trop, cela veut dire qu’il n’y en a pas assez et vous risqueriez d’avoir des fuites. Par contre, s’il est beaucoup trop serré, c’est qu’il y en a trop et vous serez exposé aux dry hits durant l’inhalation.

Désormais, il ne vous reste plus qu’à imbiber le coil de quelques gouttes de liquide et à remplir votre tank.

Le premier montage de sa propre résistance de cigarette électronique prend toujours du temps et de la concentration, mais une fois habitué, les opérations vous paraîtront plus faciles au fur et à mesure de chaque changement de résistance. Maintenant que c’est prêt, vous pouvez passer à une session de vape satisfaisante faite maison.

-

Voir aussi : Simple ou double coils ?

-

Retrouvez tous nos atomiseurs reconstructibles

Créer soi-même sa résistance pour cigarette électronique 4.8 1 5 60307