Faire son e liquide : comment faire son DIY ?

Publié le : 15/10/2017
Catégories : Astuces & Conseils

Avec les possibilités et les astuces qui permettent de personnaliser sa cigarette électronique, les nouveaux fumeurs ne se privent pas de créer leur propre modèle. Allant du simple bricolage à la vraie passion, les e-cigarettes font parler d’elles jusqu’aux concours des « cloud chasing » sur internet, le monde de la vape est ainsi en plein essor ! Mais aussi petit que ce nouvel appareil de nicotine peut être, il est apprécié autant pour son côté non nocif que pour sa grande générosité en matière de goût. Et cette particularité modulable, avouons-le, est devenue une vraie tendance qui positive et avance une meilleure image des vapoteurs.

Ce que l’on peut faire avec sa cigarette électronique

Si vous disposez d’une e-cigarette, vous savez déjà que l'outil nécessite une formule liquide qui constitue l’ingrédient essentiel de la vaporisation. Ce qui est fun, c’est que vous pouvez faire votre propre expérience et essayer de produire votre propre liquide. Effectivement, faire son DIY ne nécessite pas un grand cerveau de la chimie. Il suffit juste d’avoir les composants tels la base, l’arôme et aussi quelques additifs si on veut être plus créatif.

La base, ou l’élément prépondérant du liquide

Appelée PG ou propylène glycol (PG) , elle constitue 80 ou 90 pour cent de la solution liquide.
Issu de la carbochimie et de la pétrochimie, ce produit est utilisé à des fins industrielles et domestiques. Ne présentant aucune caractéristique cancérigène, son inhalation doit cependant être conditionnée à de faibles doses pour éviter les risques de déshydratation cutanée et oculaire. Il est essentiel d’utiliser uniquement le PG en tant que base de votre e-liquide. En effet, plusieurs solvants peuvent amener à une vaporisation mais à des niveaux de toxicité variable.
Mise en vente auprès des professionnels de la vape, cette base est souvent présentée en petit flacon indiquant sa caractéristique : composition, propriété chimique du solvant selon son oxydation (MPG, DPG ou TPG pour mono, di et tri-Propylène Glycol), rapport de glycérine végétale, alcool et autres.

La Glycérine Végétale (VG), corollaire de la base

 

Elle agit en tant qu’agent chimique hydratant, on la rencontre ainsi partout dans les produits de la vie quotidienne que ce soit pour la cosmétique (le savon, les masques pour le visage) ou dans les aliments( le vin, les eaux gazeuses, etc.).Et son rôle dans le e-liquide se justifie en raison de la propriété hydratante du propylène glycol . Souvent présentée en solution synthétisé avec ce dernier, son rapport peut varier de 10 à 80 pour cent, selon les besoins du consommateur.

 

Les arômes

Les arômes personnalisent le goût de votre liquide. Dosés en ml, ils peuvent varier en fonction de la marque ou de leur caractéristique. Il est important de souligner que les arômes utilisés pour le liquide de vape sont très différents de ceux qu’on utilise pour les aliments, bien qu’ils caractérisent le goût et l’odeur. Aussi, il faut bien choisir des arômes de fumées spéciaux qu’on retrouve chez les fournisseurs de produits pour e-liquide. Autrement, si vous mélangez un arôme agroalimentaire dans votre solution liquide, ce dernier entraînera une réaction chimique qui risquerait de nuire à votre santé étant donné que leurs conceptions sont différentes. Par ailleurs, en tant que substance d’accentuation du goût et de l’odeur, les arômes pour vape ne sont pas toxiques, ne contiennent pas de nicotine, et sont très abondants et très variés. Le choix d’un parfum ou d’un fumet ne dépend que de vous, et en conséquence sa quantité peut varier selon vos envies, il peut être accentué ou mélangé. Son dosage doit cependant être gradué en rapport avec la base, sachant que la moyenne est de 10 pour cent environ, qui pourrait aller jusqu’à 15 ou 20 pour cent pour les grands amateurs, mais au-delà, cela risquerait d’affecter le liquide.

Les additifs

Pour aller encore plus loin dans la personnalisation de votre e-liquide, ajoutez-y des sensations nouvelles. Les additifs sont des produits conçus pour permettre une perception supplémentaire de votre fumée, dilués avec le liquide artisanal en faible dose pour accentuer des sensations sans altérer le goût de celui-ci. Très variés, ces derniers peuvent êtres catégorisés entre :

Les sensations

L’acide malique ou sour qui produit une sensation acide, similaire à celles des
sucreries acidulées.
Le sweetener , traduit de l’anglais, introduit tout simplement une sensation sucrée .
Le koolada , permet de sentir la fraîcheur des inhalations, comme l’effet des
chewing-gums mentholés.
L’acetyl pyrazine , qui reproduit le goût des grillades ou une sensation de fumée
particulière qui agrémente sans altérer la solution.

Entre autres il existe aussi des additifs aux sensations épicées ou même reproductives du goût de vraies cigarettes pour les puristes.

Les exalteurs

Également appelés exhausteurs, ces additifs ne contiennent pas en eux même un principe actif de goût ou d’arôme, mais ils accentuent la perception des sens. Ainsi, ajouter un exalteur d’arôme permettrait d’éveiller plus profondément les papilles de la langue ainsi que l’odorat. Il en existe plusieurs, mais les fondamentaux sont la Vanilline et l’Ethyl Maltol .

 

Suivre les prescriptions

La question qui se pose après les ingrédients est celle de la qualité et surtout de la sécurité !
Aussi, il faut avoir un minimum de renseignements sur les produits qu’on veut synthétiser. Avec une manipulation aveugle des matériaux, on peut arriver à un résultat décevant, voire nocif. Ce sont malheureusement des erreurs qui ne sont pas couvertes par des garanties ou par des lois, alors prudence ! Voici quelques règles de base pour bien préparer sa solution.

 

Tout d’abord, il faut doser chaque élément avec un outil précis. Bien que les flacons qui contiennent les ingrédients soient munis de doseurs ou de compteurs, vérifiez toujours le pourcentage de la solution à l’aide d’un flacon gradué. Souvenez-vous que vous êtes le seul artisan de votre produit alors régulez vos quantités d’additifs et de nicotine selon la norme autorisée. Il en va de même pour l’arôme qui doit être minutieusement dosé pour ne pas corrompre la base ; s’il dépasse un seuil déterminé (entre 10 à 20 pour cent), elle mettra trop de temps à s’imprégner à la VG et risque d’altérer le « hit » qui permettra à la fumée de se développer lorsque le liquide sera chauffé.

Voici quelques recommandations pour vous guider selon l’arôme choisi :

Pour les saveurs fruitées et gourmandes
Si vous êtes plutôt tourné vers les sensations exotiques, sachez que le dosage dépend de la propriété de votre base, selon que celle-ci soit plus riche en propylène glycol ou en glycérine végétale. Le principe est que plus la VG sera haute, plus il nécessitera d’arôme. Soit : une composition de 15 % d’arôme pour une base exclusivement VG, 10% pour 70% de VG, 8% pour 50 /50 et 5% pour 30% de VG.

Pour les saveurs tabac
Le principe est toujours le même sauf que le dosage doit être moins concentré soit : 10% d’arôme pour 100% de VG et ainsi de suite ; 8% pour 70%, 5% pour 50/50 et 3% pour 30%VG.

Pour les concentrés crazy up
Celles-ci sont moins coriaces que les autres et nécessitent une plus grande quantité pour s’imprégner par rapport à la viscosité du liquide soit : 20% d’arôme pour une base à 100% VG, 15% pour 70, 12% pour 50, et 10% pour 30.

 

Ensuite, lorsque votre e-liquide sera constitué, veillez à le conditionner de la meilleure façon possible. Un temps de pause s’impose, qu’on appelle aussi « steepage » ou « temps de steep » généralement de 2 à plusieurs jours, avant que le produit soit opérationnel. Certaines configurations sont chronophages nécessitant plusieurs semaines selon le dosage des ingrédients, car ces derniers s’interagissent différemment par rapport à leur quantité. Les arômes prennent beaucoup de temps à agir sur le VG, parallèlement pour le liquide qui prendra plus de temps de repos. Pour cela, gardez votre flacon dans un endroit sec et à l’abri de la lumière et des hautes températures. Il est conseillé de laisser votre flacon à l’air libre pendant plusieurs minutes afin de permettre à l’oxygène d’opérer sur la maturation. Enfin, n’oubliez pas de remuer le liquide chaque jour !

Voici quelques recommandations de temps de steepage pour une saveur parfaite :

La configuration se manipule toujours selon la répartition de la base entre le propylène glycol et la glycérine végétale . Selon la proportion de VG ; le repos sera de 2 à 3 jours à 100% de VG et 2 jours selon la répartition avec PG pour les saveurs fruitées et gourmandes ; 15 jours pour les saveurs tabac quelque soit la répartition et 4 jours à moins de 50% pour les concentrés crazy up, au-dessus de cette quantité, ce sera 4-5 jours à 70% de VG et 5-6 jours pour une base entièrement VG.

 

Bien choisir sa configuration

En se servant uniquement de ces éléments précités, le reste est une question de goût. Pour ce faire, dosez votre liquide en fonction du résultat recherché. Ainsi pour plus de saveur, optez pour plus de Propylène glycol qui est le principe actif de la solution. Mais inversement, si vous êtes plutôt fanatique des grosses fumées, mettez plus de glycérine végétale au détriment de la première, qui la rendra plus concentrée. Quant au dosage de la nicotine, la fourchette peut varier de 0 à 19 mg selon le rapport d’addiction. Pour faire simple, si vous êtes un simple amateur de fumées, vous n’aurez pas à en mettre. C’est à partir de 6 mg que la nicotine prend effet, le reste se situe à 12 et 16 mg pour les fumeurs occasionnels et réguliers, et enfin 19 mg pour les fumeurs invétérés soit une équivalence de 20 cigarettes par jour. Et il en est de même pour l’eau et l’alcool ; l'Éthanol est un exalteur d’arôme qui favorise la fluidité de celui-ci afin qu’il puisse se mélanger rapidement à la solution. Choisir une base à forte concentration d’alcool permettrait d’améliorer l’effet de l’arôme au détriment de la glycérine végétale.

Les avantages du DIY

Presque tous les habitués de l’e-cigarette utilisent cette alternative de nos jours. Faire son propre liquide nécessite effectivement un peu plus de temps du fait des achats des fournitures, des produits et ils prennent aussi du temps avant d’être consommés. Cependant, toute la beauté de l’artisanat de la vape réside dans cette faculté à personnaliser son e-liquide de façon à pouvoir la moduler avec beaucoup de paramètres et tout cela à moindre coût. Il faut savoir que le prix global de ces matériaux (base, arôme, exhausteurs…) ne dépasse aucunement la valeur d’un produit prêt à vapoter et que ceux-ci peuvent être ajoutés ou économisés selon vos désirs, qui permettront bien évidemment une utilisation ultérieure. Si vous aimez faire les choses vous-mêmes, sortez vos idées et appliquez-les pour reproduire la vape de vos rêves, qu’elle soit onctueuse, light, parfumée sucrée, épicée, forte… les configurations sont nombreuses et n’attendent que votre baguette magique.

Ajouter un commentaire

 (avec http://)