Éviter les fuites de liquides

Publié le : 27/10/2017
Catégories : Astuces & Conseils

La vape peut être une source de frustration lorsque le liquide qu’on tente de brûler sort directement du drip tip sans prévenir ! Bon nombre de vapoteurs, qu’ils soient expérimentés ou novices, goûtent un jour à l’autre ce désagrément. Ce phénomène qu’on appelle le glouglou s’explique par une fuite du liquide dû à l’usure des pièces de la cigarette électronique ou par de mauvaises habitudes innocentes qu’on ne surveille pas. On peut cependant remédier à cette fuite ou du moins l’atténuer grâce à quelques astuces et consignes.

Comment arrivent les fuites ?

Avant de suivre bêtement les conseils, il vaudrait mieux comprendre les causes afin de pouvoir réparer seul, et avec brio, son matériel. Beaucoup d’utilisateurs se lamentent d’avoir tout essayé pour stopper ce reflux de liquide en proclamant avoir suivi les conseils, sans avoir compris si ces solutions correspondent à leurs problèmes. Et c’est parfois l’e-cigarette qui en paie les frais en finissant éclatée sur le mur !

Pour comprendre les glouglous , il faut disposer de quelques notions sur le type du clearomiseur et de l’atomiseur dont on dispose. Les fuites expriment souvent un dysfonctionnement ou un mauvais usage de la part du vapoteur et, celui-ci doit être attentif à l’élément déclencheur surtout la source de ces dernières.

Comment le liquide peut-il sortir du réservoir ?

Par voie mécanique

Sachez que l’e-cigarette est un assemblage assez complexe (si l’on n’a jamais ouvert une) de petites pièces qui exécutent simultanément ou hiérarchiquement des tâches, permettant au liquide d’être vapotable. Chacune d’elle peut subir une altération et conduire à la fuite du liquide.

Commençons par les éléments essentiels. On peut être confronté à un mauvais assemblage au niveau du réservoir, de la résistance et de l’embout. Le réservoir qu’on retrouve sur la majorité des modèles contient le combustible. Il se situe au centre de l’appareil et, se raccorde à l’atomiseur qui contient la résistance, le tout emboîté par un simple système de vis. L’opération se concrétise lorsqu’on appuie sur le déclencheur qui actionne le système par le chauffage de la résistance grâce à la batterie et vaporise le liquide en s’acheminant vers notre bouche.

Lorsque ces éléments ne sont pas en bon état ou mal assemblés, des problèmes d’étanchéité ou de vaporisation surgissent et le liquide trouve un moyen de sortir de partout, que ce soit au niveau du déclencheur ou de la résistance ou des airflows (pour les clearo qui en disposent) .Il peut également se réfugier dans la batterie qui pourrait l’endommager et surtout causer une explosion, ou encore sortir de l’embout encore liquide.

Par voie chimique : la condensation

Avant de jeter votre dévolu sur les constructeurs, pensez à une probabilité de condensation du liquide dû à votre manière de l’utiliser. Votre appareil réagit différemment selon vos réglages ou en fonction de vos liquides. L’utilisation d’arômes riches ou une disproportion considérable de la base peut entraîner une mutation au niveau de la résistance ou du drip-tip . Le risque est surtout élevé pour les passionnés du DIY d’e-liquide, lorsque la solution produite est très liquide (base à faible dose de glycérine végétale, utilisation inappropriée d’arômes…). Il se peut également que le changement d’une pièce inadaptée entraîne une condensation ; comme le remplacement de la résistance par une nouvelle sensiblement trop puissante. La recherche des effets altérés produite par une haute ou une faible résistance (cas des sub ohms ) permettant de jouer sur une faible ou une plus forte concentration de la vapeur, peut nuire à l’évacuation du liquide brûlé.

Il en va de même pour le remplacement des embouts. Les drip-tips peuvent conserver des gouttes selon la matière qui les constituent. Un embout fournit une sensation différente en fonction de sa matière et de sa forme. Il est préférable de choisir le bois et les formes droites ou moins creuses afin d’éviter la formation de poches d’eau dans les coins.

Comment prévenir les fuites

Entretenir son accessoire

Pour les pros comme pour les nouveaux, l’entretien d’une e-cigarette est indispensable pour prévenir les glouglous . L’usure et le mauvais conditionnement sont la première source d’apparition de fuites. Il faut procéder à une vérification régulière de l’état des pièces et envisager un remplacement pour

éviter un effet d’entraînement. Quelques étapes logiques et faciles permettent de s’en acquitter.

Première étape : le nettoyage.

Comme tout produit de consommation, votre atomiseur a été conçu pour une durée déterminée. Vous pouvez jouer sur cette longévité en portant une attention particulière à sa propreté. La viscosité, la poussière et l’humidité étant les principales ennemies des métaux et des circuits électriques, chaque organe doit conséquemment être pris à part et traité.

Les grands éléments du corps des cigarettes électroniques s’emboîtent les unes aux autres par des vis. À la tête se trouve la batterie, raccordée à l’atomiseur qui contient la résistance, suivie du réservoir et enfin le drip-tip. Chacune de ces pièces peut présenter une anomalie particulière, mais c’est au niveau du tronc qu’il faut nettoyer pour prévenir les fuites. À propos du liquide, les raccords sont souvent dotés de joints d’origine en caoutchouc. Avec la poussière et la graisse, ils peuvent sécher et s’affaisser, laissant libre cours au liquide. Il faut alors penser à renouveler les joints en cas d’alerte ou les essuyer régulièrement.

Avec le temps, le liquide vaporisé s’encrasse sur la paroi du drip-tip et il faut songer à nettoyer l’embout qui garde beaucoup d’humidité, soit par une condensation dû à la chaleur, soit par du liquide qui a coulé depuis la résistance lorsque celle-ci commence à s’user. Un ramonage périodique par un tissu fin et absorbant permettra d’obtenir une bonne vape sans arrière-goût.

Deuxième étape : Vérifier son accessoire.

Une grande partie des fuites résulte d’un mauvais montage des accessoires. Une vérification minutieuse des installations s’impose lorsque vous nettoyez ou quand vous remplacez une pièce.

Assurez-vous de serrer à la bonne pression les vis. Serrez bien afin de ne laisser aucune place à l’évacuation du liquide. Trop fort, cela pourrait nuire aux joints qui risquent de se rompre.

Remettez les pièces en l’état. Si vous n’êtes pas un spécialiste du bricolage, ne tentez pas d’ajouter, de supprimer ou de modifier des pièces pour personnaliser votre accessoire. Chaque cigarette dispose d’une valeur d’usine qu’il faut respecter si vous n’êtes pas encore un habitué.
Achetez une résistance similaire ou adéquate à votre appareil. Le chauffage du liquide à basse ou à haute résistance influe considérablement sur la condensation et la vaporisation. Vérifiez l’intensité et la puissance du courant fourni par votre batterie, en cas d’usure, il risque de ne pas chauffer suffisamment la résistance. Remplacez-là par une neuve de même caractéristique si besoin.


Les réflexes de vapoteurs qu’il faut avoir

Il existe des gestes à apprivoiser tout au long de l’expérience de vape. Le nettoyage et l’entretien de votre e-cigarette ne suffisent pas à stopper les reflux liquides. Et comme il ne s’agit pas d’une vraie cigarette, il faut s’adapter à un nouvel univers.

Comment vapoter ?

Si votre appareil ne comporte pas de défauts d’usine, cela n’empêche pas les glouglous. Il s’agit d’un outil électronique complexe qui se manie d’une certaine façon et qui demande de nouvelles petites habitudes.

N’inclinez pas verticalement l’e-cigarette. Lorsque vous vapotez, tenez l’accessoire bien droit. Pendant l’inspiration le liquide est aspiré par la pression de votre bouche, mais les joints l’empêchent de passer à travers. Tendre le clearomiseur vers le haut augmente les chances de fuites et le tendre vers le bas atténue l’efficience de la puissance de la batterie.

N’appuyez pas trop longtemps sur le déclencheur. La quantité de vapeur délivrée par l’atomiseur dépend du temps d’appui du switch. Votre aspiration doit être puissante et relative à cette quantité. Si votre doigt est resté un peu trop longtemps sur le bouton d’activation, alors que vous avez déjà arrêté d’aspirer, la vapeur restera dans la canalisation du drip-tip et risquera de se condenser. Lorsque cela se produit, aspirez le reste de la vape jusqu’à ce que l’embout soit vide. Une astuce facile à retenir : continuez à aspirer après avoir relâché le switch.

Faire une personnalisation efficace

Ces précautions n’empêchent nullement de faire vos propres expériences. Au contraire, cela vous procurera une plus grande satisfaction, que ce soit pour les passionnés de DIY de liquides ou les expérimentateurs de coils et de résistances. Se piquer la langue par une remontée liquide n’est jamais une bonne sensation, mais il est possible de s’en débarrasser même en faisant ses propres vapes.

Pour les DIY d’e-liquide, il faut vérifier les dosages des ingrédients. Le principe est simple : Réglez la viscosité du liquide afin qu’il ne soit pas trop liquide. Utilisez des bases riches en Glycérine Végétale pour que la solution soit plus grasse et plus étanche. L’avantage d’une base riche en VG réside dans sa capacité à faire beaucoup de vapeur.

Pour les coils, choisissez un paramètre avec peu de résistance afin d’optimiser la chaleur et de vaporiser efficacement le liquide sans avoir peur des fuites.

Ajouter un commentaire

 (avec http://)